Séquence hispanique à la BCU

Date de l'événement : 
Vendredi 31 mars 2017 - 15:30
Lieu : 
Bibliothèque Lettres, Lafayette
Type : 
Auteur : 
Danielle CORRADO, Germán A. DUARTE PENARANDA et Pierre GARRIGUES

16h00 « Les adaptations cinématographiques de Lorca », Danielle CORRADO (Université Clermont Auvergne, CELIS)

Le théâtre de Federico García Lorca a inspiré de nombreuses adaptations pour le cinéma ou la télévision depuis les années 30 jusqu’à nos jours. Les films tirés de l’œuvre du dramaturge espagnol permettent d’aborder les enjeux historiques et esthétiques de l’adaptation, de s’interroger sur la récurrence de certains textes - Noces de sang (Bodas de sangre, 1933 adapté par Carlos Saura en 1981 et Paula Ortiz en 2015) - et sur les spécificités de l’adaptation de textes destinés à la scène.


17h00 « Art et violence à la première personne, le regard de Fernando Vallejo, écrivain réalisateur colombien », Germán A. DUARTE PENARANDA (Universidad de Bogotá, Colombie)

Fernando Vallejo (Medellín, 1942) est un auteur qui a expérimenté plusieurs média et différents genres littéraires. Son chemin artistique, qui commence dans le domaine de l’image en mouvement, semble reposer sur le besoin profond de représenter la vaste gamme des formes et des expressions violentes qui marquent la société colombienne. En s’éloignant du medium cinématique, Vallejo trouve dans le récit à la première personne un moyen de créer un univers autofictionnel capable de véhiculer ce besoin, de le rendre perceptible : la violence n’est pas simplement présentée comme telle, elle est vécue, expérimentée par l’auteur au niveau linguistique et physique et, donc, par son lecteur. La violence vit dans l’œuvre littéraire de Vallejo, elle prend une forme tangible, elle secoue le lecteur. Ce procédé relève cependant un défi important au moment de son adaptation cinématographique, un défi qui met en lumière les limites et les possibilités des expériences adaptatives et qui sera examiné au cours de notre communication.

17h30 « De Juliet d’Alice Munro à Julieta de Pedro Almodóvar », Pierre GARRIGUES (Université de Tunis, poète)

Pedro Almodovar a conçu le scénario de son film Julieta à la lecture de Fugitives, un recueil d’Alice Munro dans lequel se succèdent trois nouvelles, de manière assez indépendante mais reliées par le personnage principal, Juliet : « Hasard », « Bientôt », « Silence ». Après beaucoup d’hésitations, il s’est fixé deux axes principaux de travail : transposer dans la réalité espagnole des histoires qui se déroulent au Canada, et inventer des liaisons permettant d’unifier en un récit filmique les trois récits littéraires – dont l’écriture est plutôt marquée par la suggestion, l’ellipse, le non-dit. De fait, si la référence à la Grèce antique, notamment à l’Odyssée, est remarquable dans les deux œuvres, les lectures et les réinterprétations qui en sont proposées sont très différentes, opposant deux conceptions du tragique. Un film, trois nouvelles, des personnages et des événements communs, deux univers dissemblables, au-delà de considérations génériques.


https://litteratureaucentre.wordpress.com/

Image d'illustration de l'événement
Image d'illustration d'un événement