Peut-on se passer de la radioactivité ?

Date de l'événement : 
Mercredi 10 octobre 2012 - 15:45
Lieu : 
Bibliothèque Sciences et Techniques
Type : 
Auteur : 
Thierry Pilleyre, Maître de Conférences à l’Université Blaise Pascal

La radioactivité, bien que présente depuis la nuit des temps, n’a pourtant été mise en évidence que depuis un peu plus d’un siècle. L’homme a alors commencé à en mesurer les effets, à comprendre les phénomènes physiques mis en jeu dans cette manifestation de la nature et à en utiliser les propriétés. En plus de de la radioactivité naturelle, l’homme a créé la radioactivité artificielle ; celle-ci trouve maintenant un très grand nombre d’applications dans la vie de tous les jours, dans l’industrie, la recherche, la médecine pour son plus grand bien … ou son plus grand désarroi.

Les aspects positifs ou négatifs sont liés aux mêmes propriétés des éléments radioactifs : les dégâts créés par l’irradiation. Ceci peut être bénéfique pour tuer des cellules nocives à l’organisme mais dangereux en cas d’atteinte des cellules saines lors d’accident par exemple.

On trouve aussi des applications dans le domaine de la culture ; en effet, une matière naturelle radioactive est un parfait petit chronomètre et, par la même, l’étude du comportement d’une telle matière est à la base de très nombreuses méthodes de datation. L’âge de la terre, par exemple, n’est connu que depuis une cinquantaine d’année ; seule une méthode basée sur la radioactivité en permet une détermination correcte.

Image d'illustration de l'événement