L’automne de la chanson de geste

Date de l'événement : 
Jeudi 14 février 2002 - 18:30
Auteur : 
Claude Roussel
Thèmes Jeudis du patrimoine : 

Les chansons de geste dites « tardives », composées au XIVe et peut-être encore au début du XVe siècle, ont longtemps fait l’objet d’une appréciation très négative. On les a notamment jugées confuses, ennuyeuses, immorales, gravement ontaminées par le roman au point de perdre toute identité. Or ce corpus important, constitué, selon les critères retenus, de vingt à trente chansons, souvent très longues (plus de ving mille alexandrins), ne doit pas être évalué à l’aune réductrice de la Chanson de Roland mais illustre l’aptitude de la chanson de geste médiévale à se renouveler, à capter et à unifier des héritages littéraires hétérogènes. Loin d’être un signe de sclérose, il atteste la remarquable vitalité du genre.

On peut distinguer, dans l’ensemble disparate que composent les chansons tardives plusieurs groupes de textes. Une dizaine d’entre eux se présentent comme des remaniements, des réécritures d’œuvres anciennes (Ami et Amile, Jourdain de Blaye, Renaut de Montauban, Chevalier au Cygne et Godefroi de Bouillon, Ogier le Danois…), dont l’original est parfois perdu (Galien le Restoré). Généralement, ces réécritures se traduisent par une amplification significative, voire considérable, de l’œuvre source, dont le volume peut être multiplié par quatre ou cinq. D’autres textes constituent des compilations (Charlemagne de Girart d’Amiens) ou, dans la logique du traditionnel mécanisme épique d’extension cyclique, se présentent comme des suites ou des prologues, plus ou moins autonomes, d’œuvres préexistantes (Suites de Huon de Bordeaux, Enfances Garin, Mort de Maugis). Enfin, un troisième groupe de textes regroupe des créations plus originales (Hugues Capet, Dieudonné de Hongrie, Ciperis de Vignevaux, Theséus de Cologne, Belle Hélène de Constantinople…), parfois rattachées à des cycles connus (Baudouin de Sebourc, Bâtard de Bouillon, Tristan de Nanteuil…), parfois reprenant - mais en les remaniant en profondeur - des récits antérieurs (Florent et Octavien, Lohier et Malart…).

Tout en s’inscrivant clairement dans une filiation épique qu’ils revendiquent (place des thèmes guerriers et religieux), ces textes prolongent et amplifient une évolution déjà nettement perceptible au XIIIe siècle, et qui se traduit par la primauté accordée au narratif, les emprunts fréquents au folklore, une ambition didactique avouée et un goût marqué pour le pathétique. Le scénario de la famille séparée, le personnage de la jeune femme injustement bannie et persécutée constituent ainsi des données diégétiques récurrentes, où convergent ces diverses sollicitations, tout en permettant, dans un cadre géographique élargi, d’enchaîner les aventures échevelées et d’émouvoir le public. « La scène (que je vais vous raconter) sera si attendrissante qu’il aura le cœur bien dur celui qui ne versera pas de larmes » déclare l’auteur de la Belle Hélène. C’est que cette pitié, mentionnée à satiété dans les interventions de jongleur, a valeur pédagogique et constitue une étape nécessaire vers la piété.
Plus modestement, au-delà des justifications idéologiques sans doute intéressées, il est probable que le succès de ces œuvres, grandes utilisatrices de situations archétypales, tient au fait qu’elles ont su apporter à leur public cette « consolation mystificatrice » qu’Umberto Eco assigne au roman populaire.

Bibliographie succinte :
- BOUTET (Dominique), La Chanson de geste. Forme et signification d’une écriture épique au Moyen Âge, Paris, PUF, 1993.
- ECO (Umberto), De Superman au surhomme, Milan, 1978, trad. française, Paris, Grasset & Fasquelle, 1993, Livre de Poche, 1995.
- MADELENAT (Daniel), L’épopée, Paris, PUF, 1986.
- SUARD (François), « L’Épopée », dans Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, Band VIII, 1, La littérature française aux XIVe et au XVe siècles, dir. D. Poirion, Heidelberg, C. Winter-Universitätsverlag, 1988, p. 161-177.
- La chanson de geste, Paris, PUF, 1993 (« Que sais-je ? »)
- Chanson de geste et tradition épique en France au Moyen Âge, Caen, Paradigme, 1994.

Références bibliographiques des textes cités (bibliographie primaire) :
[compléments plus techniques éventuellement pour internet]

- Ami et Amile — version en alexandrins (inédite)
- Le Bâtard de Bouillon, chanson de geste, éd. Robert Francis Cook, Genève, Droz, 1972 (TLF 187).
- Baudouin de Sebourc, éd. L. Boca, Valenciennes, 1841, réimpr. Slatkine Reprints, Genève, 1972.
- La Belle Hélène de Constantinople, chanson de geste du XIVe siècle, éd. Claude Roussel, Genève, Droz, 1995 (TLF 454).
- Charlemagne, Girart d’Amiens (inédit)
- Le Chevalier au Cygne et Godefroid de Bouillon publié par le baron F. de Reiffenberg et terminé par A. Borgnet, Monuments pour servir à l’histoire des provinces de Namur, de Hainaut et de Luxembourg, t. IV, V, VI, Collection des Chroniques belges inédites, série VIII, Bruxelles, 1846-1859 (3 vol.) ; [voir en outre : Pukatzki, Gisela, ed., Le Chevalier au Cygne. A Critical Edition with Introduction, Notes and Glossary of the 14th Century Revision as Preserved in Brussels MS 10391 and Lyon MS 744. Diss. Abstracts, 32, 1971, 2702a-2703a (Alabama)]
- A critical edition of « Ciperis de Vignevaux », with introduction, notes and glossary by William Sledge Woods, Chapel Hill, University of North Carolina, 1949 (Studies in the Romance languages and Literatures 9)
- Cuvelier, La Chanson de Bertrand du Guesclin, éd. Jean-Claude Faucon, Toulouse, Editions Universitaires du Sud, 3 vol., 1990-1991
- Dieudonné de Hongrie (dit le Roman de Charles le Chauve), édition critique des folios 49 à 87 par Denis Collomp, thèse de 3e cycle de l’Université d’Aix-Marseille I, Aix-en-Provence, 1986 [voir aussi : L.-F. Flutre, « Dieudonné de Hongrie, chanson de geste du XIVe siècle (alias Roman de Charles le Chauve) », Zeitschrift für romanische Philologie, t. 68, 1952, p. 321-400]
- Enfances Garin de Monglane (5069 alex.), éd. Jean-Marcel Paquette, thèse de 3e cycle dactylographiée, Poitiers, CESMA, 1968 ; nouvelle édition : Aurélie Kostka-Durand (thèse Nancy 2, s. la d. de B. Guidot, soutenue le 10/12/2001)
- Esclarmonde, Clarisse et Florent, Yde et Olive. Drei Fortsetzungen der Chanson von Huon de Bordeaux, éd. Max Schweigel, Marburg, 1892. — cf Huon de Bordeaux.
- Florence de Rome, chanson d’aventure du premier quart du XIIIe siècle, publiée par A. Wallensköld, Paris, SATF, 1907,1909 (2 vol., version du XIVe siècle, vol. 1, p. 131-293)
- Florent et Octavien, chanson de geste du XIVe siècle, éd. Noëlle Laborderie, Paris, Champion, 1991, 2 vol. (Nouvelle bibliothèque du Moyen Age 17)
- Galiens li Restorés, Le « Galien » de Cheltenham, éd. David M. Dougherty and Eugene B. Barnes, Purdue University Monographs, 7, Amsterdam, John Benjamins, 1981 .
- Garin le Lorrain, éd. Paul Meyer, « Fragments d’une rédaction de Garin le Lorrain », Romania, 6, 1877, p. 481-489 (deux fragments, 153 alexandrins)
- La Geste de Monglane (I Hernaut de Beaulande, II Renier de Gennes, III Girart de Vienne), edited from the Cheltenham Manuscript by David M. Dougherty and E. B. Barnes, with the collaboration of Catherine B. Cohen, Eugene, Oregon, 1966, University of Oregon Books.
- Girart de Rossillon, poème bourguignon du XIVe siècle, éd. Edward Billing Ham, Yale Romanic Studies, 16, New Haven, Yale University Press, 1939 [corrections A. Jeanroy, « Le roman de Girard de Roussillon », Journal des Savants, oct.-déc. 1941, p. 145-155]
- Hugues Capet, chanson de geste du XIVe siècle, éd. Noëlle Laborderie, Paris, Champion, 1997 (CFMA 122)
- Huon de Bordeaux : ms Turin L. II 14 (1311) : 20000 décasyllabes
- Auberon : Le Roman d’Auberon, prologue de Huon de Bordeaux, Edition critique avec une introduction et notes par Jean Subrenat, Genève, Droz, TLF 202, 1973
- Esclarmonde, Clarissse et Florent, Yde et Olive… Cf. Anne Barbara Brewka (éd.), Esclarmonde, Clarissse et Florent, Yde et Olive. I. Croissant, Yde et Olive. II Huon et les Géants. Sequels to Huon de Bordeaux as Contained in Turin Ms L.II.14 : An Edition, Diss. Abstract, 38, 1977, 4810-A (Vanderbilt).
- Godin, éd. Françoise Meunier, Louvain 1958 (Recueil de travaux d’histoire et de philologie, 4e série, fasc. 14)
- ms B. N. fr 1451 (XVe ) ca 15000 alex : projet d’édition par R. Bertrand (Aix-en-Provence)
- Jourdain de Blaye en alexandrins, éd. Takeshi Matsumura, 2 vol., Genève , Droz, 1999, (TLF 520)
- Lion de Bourges, éd. William W. Kibler, Jean-Louis G. Picherit, Thelma S. Fenster, Genève, Droz, 1980, (TLF 285)
- Lohier et Malart, éd. Ulrich Mölk, « Lohier et Malart, fragments d’une chanson de geste disparue », Romania, t. 110, 1989, p. 466-492
- Mort de Maugis (La), éd. Ferdinand Castets, Revue des Langues romanes, 36, 1892, p. 281-314 (texte) et p. 401-415 (notes) — voir Renaut de Montauban.
- Ogier le Danois :
- ms BN fr 1583 (XVe) - composé en 1310 — ca 31000 décasyllabes
- ms : Arsenal 2985 (fin XIVe) + Brit. Mus. Roy 15 E VI (1445) + Turin L IV 2 [désormais G I 38] (XVe) - composé en 1335 - 29 000 alex. environ
- Renaut de Montauban, édition critique du ms. de Paris B. N. fr. 764 (R) par Ph. Verelst, Rijksuniversiteit te Gent, Faculteit van de Letteren en Wijsbegeerte, 175e Aflevering, Gand, 1988 [+ Deuxième fragment rimé du manuscrit de Londres, British Library, Royal 16 G II (B), éd. critique par Philippe Verelst, Romanica Gandensia, XXI, 1988]
- Theseus de Cologne, a general study and partial edition, par Elisabeth E. Rosenthal, Birkbeck College, University of London, 1975. [voir aussi, R. Bossuat, Theséus de Cologne, dans Le Moyen Âge, t. 65, 1969, p. 97-133, 293-320, 539-577]
- Tristan de Nanteuil, éd. Keith V. Sinclair, Assen, 1971.

ajouter (chanson de geste ou chronique ?) :
- Geste des Ducs de Bourgogne, éd. K. de Lettenhove, Bruxelles, 1873.
- Jean d’Outremeuse, La Geste de Liège, éd. A. Borgnet et S. Bormans, Ly Myreur des histors, Bruxelles, 6 vol., 1864-1880.

domaine franco-italien :
- L’Entrée d’Espagne, éd. A. Thomas, Paris, 1913, 2 vol. (SATF)
- Nicolas de Vérone, La Prise de Pampelune, éd. A. Mussafia, Vienne, 1864 (Altfr. Gedichte aus venezianischen Handschriften, 1)
- Huon d’Auvergne — éd en préparation par F. Möhren selon le DLF.
- Niccolò da Casola, La Guerra d’Attila, con introduzione, testo, note e glossario di Guido Stendardo, Modène, 1941, 2 vol. (Istituto di Filologia romanza della R. Università di Roma - Studi e testi)
- La « Geste Francor » di Venezia : Edizione integrale del codice XIII del Fondo francese della Marciana, a cura di Aldo Rosellini, Brescia, La Scuola, 1986 (Università degli Studi di Trieste, Istituto di Lingue e Letterature Straniere) [Bovo d’Antona, Berta da li pe grandi, Karleto, Berta e Milon, Enfances Ogier, Rolandin, Chevalerie Ogier, Macaire]

Pour la bibliographie secondaire :
- William W. Kibler, « Bibliography of Fourteenth and Fifteenth Century French Epics », Olifant, 11, 1986, p. 23-50
- R. Bossuat, Manuel bibliographique de la littérature française…, F. Vielliard et J. Monfrin, 3e Supplément, 2 vol, Paris, 1986, 1991.
- Dictionnaire des Lettres françaises, Le Moyen Âge, Paris, Pochothèque, 1992
- Bulletin bibliographique de la Société Rencesvals (pour l’étude des épopées romanes)

Image d'illustration de l'événement